15 juin 2017

12ème édition de la journée mondiale contre la maltraitance des personnes âgées

 

 

L’ONU a déclaré le 15 juin journée de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées. Il représente le seul jour de l’année où le monde entier exprime son opposition à l’abus et aux souffrances infligées aux générations plus âgées. La maltraitance risque de s’accroître en raison du vieillissement de la population mondiale.

 

«La maltraitance des personnes âgées, ce crime odieux, survient souvent dans le secret des espaces privés, ce qui rend encore plus nécessaire sa dénonciation publique dans les termes les plus forts »

Ban Ki-moon, ex-Secrétaire Général des Nations unies

 

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime qu’1 personne âgée sur 10 est confrontée chaque mois à la maltraitance, alors que seulement 4% des cas sont signalés. Cette lacune est due en grande partie à la crainte ressentie par les séniors qui préfèrent garder le silence.

Qu’elle soit familiale ou institutionnelle, et parce qu’elle se révèle rarement, la maltraitance des personnes âgées reste difficile à appréhender, tant par son ampleur que par la nature des violences qui la caractérisent. Elle renvoie à une grande diversité de situations (abus financiers, violences psychologiques, physiques ou sexuelles) allant de la négligence à la violence active. Or, la maltraitance peut entraîner de graves traumatismes physiques et avoir des conséquences psychologiques à long terme.

Il ne faut pas négliger la maltraitance « passive », induite par un défaut de moyens humains ou financiers notamment dans les institutions de prise en charge des personnes âgées (EHPAD, Hôpitaux…). La mobilisation autour de cette problématique est d’autant plus vive que les contraintes budgétaires risquent de se heurter au vieillissement rapide de la population à l’échelle mondiale

En France La Loi d’Adaptation de la société au Vieillissement contient plusieurs articles visant à protéger les droits des personnes âgées dans différentes situations :

  • Hébergement
  • Accompagnement par des établissements ou services sociaux et médico-sociaux avec la désignation d’une personne de confiance
  • Protection juridique des majeurs simplifiée et renforcée

Plus généralement, toutes les mesures de protection des personnes handicapées et des personnes âgées eu égard à la maltraitance financière. Notamment l’interdiction de recevoir de l’argent ou des biens, est étendue, en particulier aux bénévoles et à certains intervenants à domicile.

Enfin, la loi instaure une obligation de signalement (aux autorités administratives, aux services de police ou de justice) des situations de maltraitance, et l’applique à l’ensemble des établissements, services sociaux et médico-sociaux ainsi qu’aux lieux de vie et d’accueil.

Chacun peut être confronté à la maltraitance active ou passive

TOUS VIGILANTS !!

L’accès pour tous au 3977

 

Un service permettant aux particuliers comme au professionnels de signaler toute situation de maltraitance, et facilite l’expression des personnes ou de leur entourage.